L’Habitat

Le logement, dans toutes ses composantes, constitue, depuis 10 ans, la priorité des priorités. Car pour bien vivre dans sa ville, il faut pouvoir y rester. Et pour que Balaruc-les-Bains se développe, gagne en vigueur et en harmonie, il faut qu’elle puisse accueillir de nouveaux ménages, de toutes catégories sociales.

Geneviève Feuillassier

Adjointe aux Affaires Sociales,

à l'Habitat,

à l'Education,

à l'Enfance

et à la Jeunesse.


ÉTAT DES LIEUX

 Obligation de disposer sur le territoire communal de 25% de logements locatifs sociaux.

 Signature du premier contrat de mixité sociale de l’Hérault : planification du nombre de logements à créer par période. 

 Un nouveau Plan Local de l’Habitat en préparation par Sète Agglopôle Méditerranée.

 Aides à la mise en accessibilité de l’habitat.

 Une évolution démographique constante (5683 habitants en 1999, 6886 résidents permanents en 2012)

 2 018 ménages (soit 60% du total des ménages) sur la commune peuvent prétendre à un logement locatif social* (source Filocom 2013),  hors logements financés avec un Prêt Locatif social.

  235 demandes pour l’attribution d’un logement locatif social auprès du Centre Communal d’Action Sociale, non satisfaites.

POUR ALLER PLUS LOIN

> METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE D’HABITAT ADAPTÉE, DONC AMBITIEUSE, TANT EN QUALITÉ QU’EN QUANTITÉ

Des programmes immobiliers ont, déjà, permis le développement du logement aidé à Balaruc-les-Bains.

CETTE DYNAMIQUE DOIT ÊTRE POURSUIVIE.

Le Plan Local d’Urbanisme identifie différents secteurs de notre ville à urbaniser :

• des sites dédiés à la production d’opérations exclusives de Logements Locatifs Sociaux sur les secteurs de La Dépensière (78 logements), du Stade et des tennis sur la Presqu’île et celui des Bas Fourneaux ;

• des secteurs de mixité sociale sur le Centre-Ville (ancien site Athéna) à 43%, le site des Nieux (40%) et le secteur de la « Tranchée »  (42%) et la Despensière ;

• des opérations dédiées à la création de logements locatifs sociaux adaptés (maison de retraite et résidence seniors) ;

• la production de logements locatifs sociaux en mixité au sein du pôle commercial de Balaruc-Loisirs (environ 40 LLS) ;

• ainsi qu’une servitude de mixité sociale qui imposera à chaque opération de plus de 6 logements, la réalisation de 25% de logements locatifs sociaux.

CES OUTILS PERMETTRONT D’ATTEINDRE LE SEUIL DE 25% DE LOGEMENTS SOCIAUX LOCATIFS SUR LA COMMUNE, ET AINSI DE PRODUIRE UNE OFFRE SUFFISANTE DE LOGEMENT POUR TOUS À L’HORIZON 2030 ET DE SATISFAIRE LES ATTENTES ET LES BESOINS DES BALARUCOIS.


> OPTIMISER L’ESPACE URBAIN DÉJÀ CONSTRUIT, TOUT EN OUVRANT DE NOUVEAUX ESPACES À LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

Balaruc-les-Bains et une commune dynamique et attractive qui doit aujourd’hui répondre à des besoins exprimés et diversifiés.

Pour autant, la commune est contrainte par sa situation en « étau » entre la lagune de Thau et le massif de la Gardiole.

Elle possède pourtant de véritables gisements fonciers au sein du tissu urbain existant que la Ville entend réinvestir pour conforter son urbanisation et construire la ville sur la ville.

DEMAIN, POUR RÉPONDRE AUX BESOINS EN LOGEMENTS, IL S’AGIRA DE VALORISER LE GISEMENT FONCIER EXISTANT POUR AMÉLIORER LE PAYSAGE URBAIN, RENOUVELER LES DÉLAISSÉS.

 

> LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE POUR LES LOGEMENTS ANCIENS

En partenariat avec Sète Agglopôle Méditerranée en sa qualité de délégataire des aides à la  pierre, la Ville œuvre à l’amélioration de l’habitat ancien.

Des aides publiques peuvent être attribuées pour la réhabilitation et la rénovation de l’habitat privé.

CE DISPOSITIF DOIT ÊTRE POURSUIVI ET INTENSIFIÉ.

 

> PERMETTRE À TOUS LES BALARUCOIS DE SE LOGER

En cohérence avec les capacités maximales proposées par le Schéma de Cohérence Territoriale, la commune peut encore accueillir 2840 habitants à l’horizon 2030, soit la production d’environ 1150 logements.

POUR ACCUEILLIR UNE NOUVELLE POPULATION, ESSENTIELLEMENT FAMILIALE, LA VILLE DEVRA VEILLER À PRODUIRE DES LOGEMENTS EN ADÉQUATION AVEC LES BESOINS DE CEUX FUTURS HABITANTS.